Panorama de la critique exupérienne 3/6

II / La critique éthique

La publication posthume de Citadelle

La publication de Citadelle en 1948 marque un tournant majeur dans la réception de Saint Exupéry. La parution posthume de cette œuvre inachevée fut très mal accueillie par la critique qui y vit un ouvrage transmettant un message autoritaire inacceptable : Henriot par exemple, dans l’édition du 26 mai 1948 du journal Le Monde, fustige ainsi la description d’un « empire primitif et autocratique [avec, en guise] de chef, ce despote bienveillant et coupeur de tête pour le bien public, attendri à l’idée de livrer au bourreau la sentinelle défaillante » et Marissel dénonce un livre « dangereux parce qu’il justifie [...] le totalitarisme »[15]. Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 3/6

Images démoniaques : le rouge chaotique de la guerre [2]
how to buy an essay online
Il est intéressant de noter le rôle de l’eau dans la composition de ce scénario : elle perd sa clarté naturelle et se change en boue, soulignant la condition de terre abandonnée et inhabitable : “Et l’eau, qui était captée par la soif, ou pour le blanchissage des belles dentelles du dimanche des villageoises, se répand en mare devant l’église.” (p.116). Lire la suite

Panorama de la critique exupérienne 2/6

I / La critique biographique

C’est la veine critique la plus développée. Dans la perspective traditionnelle d’un Sainte-Beuve qui considère que l’œuvre d’un écrivain est avant tout le reflet de sa vie et peut s’expliquer par elle, Saint Exupéry étant un aviateur avant d’être un écrivain. Expliquer son œuvre revient donc à rechercher dans ses livres les éléments qui relèvent de à sa biographie. Il faut reconnaître que l’œuvre exupérienne se prête bien à ce genre d’approche dans la mesure où elle s’enracine effectivement dans l’expérience de son auteur : Terre des hommes apparaît ainsi comme une autobiographie, Pilote de guerre comme un témoignage et Le Petit Prince est bien souvent lu comme un récit biographique crypté et poétique. Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 2/6

Images démoniaques : le rouge chaotique de la guerre [1]

Les images démoniaques évoquent le monde du cauchemar, l’enfer existentiel, c’est-à- dire, ce qui n’est pas souhaité par les humains. Dans Pilote de Guerre, nous pouvons observer la prédominance de cette catégorie d’images de la douleur et de la souffrance, laquelle est engendrée par l’univers démoniaque de la guerre. Northrop Frye associe à ce monde les images de la torture, des ruines, de la captivité, de la douleur et notamment de la confusion. Et c’est justement autour de cette idée de chaos et de désordre que le texte de Saint-Exupéry semble avoir été construit. Lire la suite

La Saga Wróblewski 3/3

Bien qu’ils poursuivent les vols d’essais avec le W2 bis, Pierre et Gabriel dûrent faire face aux réalités économiques, sans client et sans école, ils courraient à la catastrophe. Ayant enfin capté des associés capables de risquer des capitaux, Pierre créa à Mâcon le 13 janvier 1913, la société des Aéroplanes et Hélices Wróblewski et le notaire Georges Balvay mit à disposition de celle-ci un hangar dans sa propriété de Pont-de-Veyle et son terrain du Breuil pour servir d’école. Ce dernier s’avèrera impropre à cet emploi. Lire la suite

Exposition « Léon Werth, l’écrivain d’art »

essay helpg>Exposition « Léon Werth, l'écrivain d'art »
du 30 mai au 16 septembre 2012
Une cinquantaine d’œuvres issues de sa collection personnelle seront présentées, essentiellement des arts graphiques, mais aussi despeintures, pastels, sculptures de Pierre Bonnard, Vallotton, Marquet, Toulouse-Lautrec, Saint-Exupéry, Francis Jourdain, Jacqueline Marval, Paul Signac…

Léon Werth (Remiremont, 1878-Paris, 1955), cet homme de lettres et journaliste engagé, est surtout connu pour être le dédicataire du Petit Prince de son grand ami Saint-Exupéry, il fut également très lié avec Paul Signac, Pierre Bonnard, Marquet et Francis Joudain (fondateur de l'Union des Artistes Modernes). Werth a eu une conséquente activité de critique d'art entre 1910 et 1930.

essay help

Exposition réalisée avec le soutien financier du Ministère de la Culture

Les archives municipales (4 place de l'Abbaye) présentent le volet écrivain d'art : une cinquante de documents (courriers autographes de ses amis artistes, ses écrits sur l'art).
mardi, mercredi, jeudi 13h30-17h30 et w-e 15 et 16 septembre.
10h-12h/14h-18h sauf le mardi
Entrée gratuite
www.remiremont.fr
765qwerty765

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 1/6

En 1942, l’écrivain français Antoine de Saint-Exupéry, l’auteur du classique Le Petit Prince (1943), publie Pilote de guerre, d’abord sous le titre Flight to Arras, lequel rassemble un compte rendu de missions de reconnaissance dangeureuses effectuées par cet auteur au nord de la France, pendant la période turbulente de la Seconde Guerre Mondiale, lorsque le pays fut envahi par l'Allemagne nazie. Ces deux livres ont étés produits à l’étranger, à l’époque où il était exilé aux États-Unis d’Amérique. Lire la suite

La Saga Wróblewski 2/3

Il fut donc décidé de créer un nouveau monoplan métallique de même construction à hélice W visant le marché militaire pour lequel Joseph Berthaud finança un moteur Gnôme rotatif Gamma de 70HP. Ce W3 fut assemblé à Ambérieu en mars 1912 et les essais débutèrent et aboutirent à la 3e version. Le W3 ter fut remis à J. Berthaud après le 10 juillet suivant qui le confia au grenoblois André Melin (1883-1969) qui s’écrasa avec à Ambérieu le 7 janvier suivant. Lire la suite

La Saga Wróblewski 1/3

En 1884, la Pologne croulait sous les jougs Russes et Prussiens. Alors même que l’on arrêtait dans la faculté de médecine de Varsovie l’étudiant Tadeusz Wróblewski (1858-1925), un activiste révolutionnaire du mouvement Krajowcy (patriote), Edouard Wróblewski (1860-1895) décida de quitter cette faculté et la Pologne. Lire la suite

Panorama de la critique exupérienne 1/6

Antoine de Saint Exupéry [1] a toujours souffert d’un malentendu avec la critique littéraire. André Beucler ne déclarait-il pas dans sa préface à la première édition de Courrier Sud en 1929 : « Saint Exupéry n’est pas un écrivain » ? Si l’on considère qu’une préface est un exercice un peu convenu qui consiste précisément à souligner les qualités littéraires de l’ouvrage en question, on mesure alors le caractère équivoque de cette affirmation. Lire la suite