La Saga Wróblewski 2/3

Il fut donc décidé de créer un nouveau monoplan métallique de même construction à hélice W visant le marché militaire pour lequel Joseph Berthaud finança un moteur Gnôme rotatif Gamma de 70HP. Ce W3 fut assemblé à Ambérieu en mars 1912 et les essais débutèrent et aboutirent à la 3e version. Le W3 ter fut remis à J. Berthaud après le 10 juillet suivant qui le confia au grenoblois André Melin (1883-1969) qui s’écrasa avec à Ambérieu le 7 janvier suivant.
college essay editing service
Gabriel ayant déjà pris à bord du W2 Marcel Fortin à l’automne 1911, Pierre transforma considérablement son aéroplane pour en faire un biplace dans le but d’embarquer du personnel et former des pilotes. Avec l’aide financière de Gabriel et Clotilde, les Wroblewski acquirent un moteur Labor de 70HP. Le 13 avril 1912, Gabriel à bord du W2 bis à hélice W réussit les deux épreuves imposées du brevet de pilote qu’il obtint sous le n° 891.

Le Wroblewski 2 modifié en mars 1912. Cet avion est celui du baptême de l’air d’Antoine de Saint-Exupéry.

En ce début juillet 1912, Antoine et François de Saint-Exupéry en pension chez les jésuites au collège de Notre-Dame de Sainte-Croix (ex-couvent des pères capucins) au Mans, rejoignirent leur mère et sœurs chez sa grande tante Tricaud au château de Saint-Maurice-de-Rémens. Là, parmi les distractions estivales, la famille de Saint-Exupéry venait de temps en temps au terrain de Bellièvre pour admirer les prouesses de ces «casseurs de bois» juchés sur de frêles machines comme autant des libellules. Depuis 1974, nul ne conteste aujourd’hui que l’aéroplane qui emporta Antoine de Saint-Exupéry était un W construit par Pierre Salvez et pilotait par son frère Gabriel. Toutefois la date de ce baptême resta indéterminée.

Si l’on en croit l’un des témoins, Alfred Thénoz (1892-1987), âgé de 20 ans en 1912 et mécanicien de la Société dite de Navigation Aérienne de Lyon et du Sud-Est, écrivit pour la revue Icare de l’été 1974 que le baptême de l’air d’Antoine de Saint-Exupéry avait eu lieu «un beau jour de la deuxième semaine de juillet, par un temps magnifique.»

Aujourd’hui, après de nouvelles recherches, nous pouvons montrer que ce baptême eut lieu le 7 juillet 1912 en toute fin d’après midi. Nous vous présenterons les 30 juin et 1er juillet 2012 tous les documents et pièces qui étayent nos travaux et cette date. Nous vous dévoilerons à cette occasion, les raisons qui poussèrent Gabriel Wróblewski dit Salvez d’accepter de prendre à bord d’un prototype monoplan métallique biplace construit par son frère Pierre, un petit «gone» espiègle à peine âgé de 12 ans.


Cette première ascension lui inspire un poème, à l’époque où il était au Collège Sainte-Croix au Mans. Le chanoine Margotta se souvient de trois vers :

Les ailes frémissaient sous le souffle du soir,
Le moteur de son chant berçait l’âme endormie,
Le soleil nous frôlait de sa couleur pâlie…

L’aéroplane ouvre une nouvelle modernité et le mythe d’Icare se perpétue dans les rêves des hommes. Et Saint-Exupéry, encore enfant, découvre la poétique du vol.

Carte postale dédicacée d’Antoine de Saint-Exupéry à Alfred Thénoz, mécanicien. «Pour Thénoz qui a été baptisé sur le même appareil»

765qwerty765

Comments are closed.