Marie-Christine Villatoux, Lecture de :
Saint-Exupéry, pilote de guerre. L’engagement singulier de Saint-Exupéry, Delphine Lacroix (dir.)
Revue historique des armées, 272 | -1, 137.

Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013.

zp8497586rq

Pilote de guerre – L’engagement singulier de Saint-Exupéry

Pilote de guerre 

L’engagement singulier de Saint-Exupéry

suivi de fragments de textes inédits d’Antoine de Saint-Exupéry
Actes du colloque de Saint-Maurice-de-Rémens
28 et 29 juin 2012

Écrit aux États-Unis en 1941 où Antoine de Saint-Exupéry cherchait à convaincre les Américains de s’engager dans le conflit, Pilote de guerre est publié avec grand succès à New York le 20 février 1942 puis en France occupée le 14 décembre 1942 – où il sera rapidement retiré de la vente par les autorités allemandes. Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 6/6

Conclusion : les images interposées

Antoine de Saint-Exupéry faisait partie du Groupe de Reconaissance 2/33, qui était chargé d’effectuer des missions de reconnaissance dangeureuses afin de photographier le mouvement de l’ennemi dans les territoires occupés. Cet écrivain français voulait vraiment une France libre et unie, mais, en désaccord avec l’armistice de 1940, lorsque le général Pétain prend la tête du gouvernement collaborationniste de Vichy, il décide de s’exiler aux États-Unis.

Depuis le début de sa mission, Saint-Exupéry affirmait que c’était un sacrifiée, puisque l’armée française était inférieure à l’armée allemande, non seulement en quantité mais aussi en équipements et munitions, ce qui en faisait des cibles faciles pour les Allemands. Il avoue plusieurs fois que les renseignements obtenus par son groupe ne seront jamais transmis à personne: “Je vous demande un peu s’il est sensé de sacrifier un équipage pour des renseignements dont personne n’a besoin et qui, si l’un de nous est encore en vie pour les rapporter, ne seront jamais transmis à personne”. (p.125) Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 5/6

Images apocalyptiques: dans le territoire bleu de l’enfance [2]

Dans les passages où le narrateur situe son ancienne gouvernante devenue son interlocutrice, le rythme de la narration paraît modifié : malgré la vitesse de l’avion et des tirs, il sent la tranquillité d’un ciel qui est au-dessus des attaques, d’un ciel qui semble être pris de ses souvenirs d’enfance. Et cela peut être observé par les phrases courtes, les points d’exclamation, les points de suspensions et par les mots qui nous renvoient à un regard plus contemplatif : “merveilleusement, extraordinaire, profond”. Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 4/6

Images apocalyptiques: dans le territoire bleu de l’enfance [1]

Si, d’une part, le narrateur de Pilote de Guerre dispose de nombreuses images démoniaques, nous observons aussi que, pour lui, le surgissement des images apocalyptiques semble être la seule possibilité d’évasion de la guerre. Antoine de Saint-Exupéry prend un regard rétrospectif, puisque, contrairement aux images chaotiques, il cherche les images du monde idéal dans le territoire de son enfance : “Je remontais dans ma mémoire jusqu’à l’enfance pour retrouver le sentiment d’une protection souveraine.” (p.186). Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 3/6

Images démoniaques : le rouge chaotique de la guerre [2]
how to buy an essay online
Il est intéressant de noter le rôle de l’eau dans la composition de ce scénario : elle perd sa clarté naturelle et se change en boue, soulignant la condition de terre abandonnée et inhabitable : “Et l’eau, qui était captée par la soif, ou pour le blanchissage des belles dentelles du dimanche des villageoises, se répand en mare devant l’église.” (p.116). Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 2/6

Images démoniaques : le rouge chaotique de la guerre [1]

Les images démoniaques évoquent le monde du cauchemar, l’enfer existentiel, c’est-à- dire, ce qui n’est pas souhaité par les humains. Dans Pilote de Guerre, nous pouvons observer la prédominance de cette catégorie d’images de la douleur et de la souffrance, laquelle est engendrée par l’univers démoniaque de la guerre. Northrop Frye associe à ce monde les images de la torture, des ruines, de la captivité, de la douleur et notamment de la confusion. Et c’est justement autour de cette idée de chaos et de désordre que le texte de Saint-Exupéry semble avoir été construit. Lire la suite

Les images interposées : le démoniaque et le paradisiaque dans Pilote de Guerre 1/6

En 1942, l’écrivain français Antoine de Saint-Exupéry, l’auteur du classique Le Petit Prince (1943), publie Pilote de guerre, d’abord sous le titre Flight to Arras, lequel rassemble un compte rendu de missions de reconnaissance dangeureuses effectuées par cet auteur au nord de la France, pendant la période turbulente de la Seconde Guerre Mondiale, lorsque le pays fut envahi par l'Allemagne nazie. Ces deux livres ont étés produits à l’étranger, à l’époque où il était exilé aux États-Unis d’Amérique. Lire la suite

Colloque Antoine de Saint-Exupéry – Pilote de guerre

Le jeudi 28 juin après-midi et vendredi 29 juin toute la journée, se tiendra dans la salle des fêtes de Saint-Maurice-de-Rémens, un colloque consacré à l’auteur de Pilote de guerre. Le jeudi 28 juin en soirée, Marie-Christine Barrault lira des extraits de Pilote de guerre et sera accompagnée du WDH Trio. Cette soirée se tiendra à l’église de Saint-Maurice.

Entrée libre pour le colloque et la lecture.
Lire la suite